Session 10 – Les ‘films de genre’ français depuis l’aube des années 2000 : analyse des stratégies d’internationalisation (Quentin MAZEL, chercheur postdoctoral au LabEx ICCA)

Alors que l’industrie cinématographique française avait désinvesti certains genres, comme le fantastique, l’horreur ou la science-fiction, le tournant des années 2000 semble annoncer une transformation de l’offre hexagonale avec l’arrivée d’une flopée de films explorant ces esthétiques. Parmi les facteurs permettant d’expliquer l’apparition de ces productions, les stratégies d’internationalisation ont joué un rôle considérable. Elles visent notamment à réduire les coûts de fabrication (entre autres grâce à une main-d’œuvre bon marché et des politiques fiscales avantageuses) et augmenter les débouchés potentiels en profitant des ressources et des marchés étrangers. Elles concernent à la fois des superproductions, qui cherche à assurer le succès par d’importants investissements financiers permettant de multiplier les effets techniques spectaculaires, attirer les vedettes et organiser une campagne promotionnelle d’envergure, que des films disposant d’un budget plus modeste, qui s’efforce de minimiser leurs dépenses. Pour autant, elles ne sont pas sans conséquence sur la forme des films (comme la langue ou le pays dans lequel s’inscrit le récit) et les conditions de travail de ceux qui les font (comme la nationalité des techniciens et des interprètes, les conventions collectives en vigueur). Grâce à l’étude des partenariats financiers d’un corpus de film et une série d’entretiens semi-directifs, cette communication se propose d’explorer ces stratégies, leurs objectifs, comme les contraintes qu’elles génèrent sur la fabrication des films et les personnes qui y œuvrent.

Quentin Mazel est chercheur postdoctoral au LabEx ICCA, docteur en études cinématographiques et audiovisuelles de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, chercheur associé au sein de l’IRCAV. Il a enseigné en tant qu’ATER à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et à l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Il a soutenu une thèse sur l’économie des genres cinématographiques et travaille actuellement sur l’économie des plateformes audiovisuelles en France et aux États-Unis.



Citer ce billet
christeltailliberttps (2023, 27 août). Session 10 – Les ‘films de genre’ français depuis l’aube des années 2000 : analyse des stratégies d’internationalisation (Quentin MAZEL, chercheur postdoctoral au LabEx ICCA). Transcultural Production Studies. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/urxa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search